Suppression des régimes d’exonérations fiscales et douanières à Nkok: le Gabon assume sa souveraineté

 Suppression des régimes d’exonérations fiscales et douanières à Nkok: le Gabon assume sa souveraineté
Selon le Fonds Monétaire International (FMI), les exonérations fiscales et douanières pratiquées actuellement à la Zone Economique Spéciale de Nkok, est une “importante perte de recettes pour l’Etat, qui devrait penser à les supprimer “. Un avis qui se penche principalement sur la transformation du bois . Mais la zone aujourd’hui, n’est pas constituée que d’entreprises qui font dans la transformation du bois. La ZES a su s’adapter à la demande nationale et internationale en donnant l’opportunité à d’autres entreprises d’autres secteurs de venir s’y installer.

Ainsi, la Zone Economique Spéciale de Nkok s’est imposée aujourd’hui en Afrique et à travers le monde, comme l’une des plus attractives et rentables en matière de création et d’installation d’entreprises. “En moins de 10 ans, nous avons eu plus de 85 entreprises dans cet espace en ce qui concerne les entreprises en production. Celles qui sont en construction aujourd’hui sont au nombre de 9, sans compter celles qui sont en cours de création aujourd’hui, donc nous sommes allés au-delà de nos espérances”, a souligné Anne Nkene Biyogo.

Pour l’Etat Gabonais, il saurait être question de supprimer les exonérations fiscales et douanières dont bénéficient la Zone Economique Spéciale de Nkok, d’autant plus c’est une zone sur laquelle il est prévu la création de 35 000 emplois directs et indirects d’ici 2030, aujourd’hui il y en a déjà un peu plus de 16 000 emplois créés en moins de 10 ans.

Articles similaires