Repenser le football gabonais en déclin

 Repenser le football gabonais en déclin

Offrir une nouvelle âme au football gabonais, notamment aux championnats de première et deuxième divisions, la taskforce démarrée le 10 mai 2021, en présence du Premier Ministre Rose Ossouka Raponda, devrait rendre ses conclusions le 22 mai prochain.

Le Chef du gouvernement gabonais a reconnue, à l’ouverture des travaux, que la situation du football était préoccupante. 

La thématique pour cette rencontre de réflexions est : «Ensemble pour un national foot nouveau». Les assises étalées sur une douzaine de jours s’inscrivent dans la dynamique de la relance du championnat national de football. Avec, en filigrane des réaménagements sur les plans organisationnel, sportif, économique et social du national foot, en somme, il s’agit de réfléchie sur la meilleure organisation possible du football local.

Aux dire de Madame Ossouka, «notre football continue de régresser et de manière dangereuse» Elle a donc encouragé les panélistes à mieux dessiner les contours de nouveaux championnats nationaux réformés, pour avoir des compétitions attractives, devant réconcilier les Gabonais. «Le football gabonais a besoin de sérénité. Il a besoin de tous ses acteurs», a dit le chef du gouvernement, qui a également milité pour le développement du football féminin.

Pour le ministre des Sports, Franck Nguema, la taskforce doit prendre en compte les aspects concourant à la modernisation, à l’efficacité et à la pratique efficiente de ce sport dans le pays. Ls réflexions doivent, par ailleurs,  permettre de «moderniser les structures de base que sont les clubs, les sous-ligues départementales, les ligues provinciales, … de définir les formules de la compétition, le nombre de clubs devant prendre part au championnat et renforcer leur capacités opérationnelles ».

En somme, le football gabonais, professionnalisé, il y a 9 ans, doit « se reconstruire sur un modèle économique attractif pour les promoteurs privés, afin d’augmenter le niveau de vie des principaux acteurs dont les footballeurs professionnels», estime le ministre des Sports.

Pourvu que ce ne soit pas une énième réflexion, puisqu’il y a eu une de ce genre, il y a un peu plus d’une décennie.

Articles similaires