Prison centrale de Libreville: qu’est il arrivé à M. Glokpon Thomas?

 Prison centrale de Libreville: qu’est il arrivé à M. Glokpon Thomas?
L’ONG SOS Prisonniers Gabon a récemment saisi la Ministre de la Justice pour demander l’ouverture d’une enquête pour que toute la lumière soit faite sur les conditions du décès de Sieur Glokpon Thomas mais aussi que la ministre s’intéresse sur l’inaccessibilité sinon, la tardiveté avec laquelle les prisonniers incarcérés à la prison centrale de Libreville sont pris en charge par le service de santé pénitentiaire.

Selon l’ONG, Sieur Glokpon Thomas, incarcéré à la prison centrale de Libreville depuis le 03 août 2007 est passé de vie à trépas le vendredi 8 octobre 2021 à 7h40. Mais tout serait parti d’une affaire d’une accusation portée à l’encontre du prisonnier, disant qu’il dissimulait du chanvre indien au sein de la prison. Ce fut donc le point de départ du calvaire vécu par Glokpon Thomas.
SOS prisonniers affirme que le 15 septembre dernier 2021, Thomas Glokpon aurait été victime de tortures, le “pont,” des coups de manches à pelle, ou encore des coups de câbles électriques, une véritable déferlante à son endroit. Par la suite, il aurait été placé en cellule d’isolement et avec l’interdiction de recevoir la visite de qui que ce soit. Pourtant, selon le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, il est écrit en son article 7 que “Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.” L’article 10 du même Pacte précise: ”Toute personne privée de sa liberté est traitée avec humanité et avec le respect de la dignité inhérente à la personne humaine.”
Après avoir passé plusieurs jours en isolement, Glokpon Thomas serait en sorti, visiblement, très amorphe, selon l’ONG et n’aurait même pas rencontré un médecin. C’est serait finalement le 08 octobre que le prisonnier se serait écroulé en traversant la cour du 2eme quartier, perdant connaissance. Mis en salle de soin intérieure, en attendant la montée du médecin ou des infirmiers, Sieur Glokpon Thomas avait déjà rendu l’âme. Une affaire qui dont le Gabon aurait pu se passer surtout au moment que le Chef de l’État Ali BONGO ONDIMBA s’investit afin que les prisonniers incarcérés reçoivent des meilleurs traitements.

Une affaire qui vient remettre au bout du jour là formation même des geôliers, qui semble-t-il, ont fait de la torture des prisonniers leur passe-temps favori.

Articles similaires