Pierre Emerick AUBAMEYANG : nul n’est prophète au Gabon

 Pierre Emerick AUBAMEYANG : nul n’est prophète au Gabon
Il n’était pas forcément le plus talentueux des fils d’Aubame Yaya Pierre, mais il sera finalement celui qui aura marqué son nom dans le marbre du football gabonais et à travers le Monde. Les autres supporters clament son nom et le réclament. C’est une star planétaire.

Pierre Emerick AUBAMEYANG, c’est l’histoire d’un Prophète du football, tellement attendu dans son propre pays que la moindre contre performance de sa part donne lieu à des critiques les plus abjectes. Pourtant, l’homme est aujourd’hui une véritable icône partout où il passe. Des milliers de supporters se déplacent pour lui dans l’espoir d’avoir un orthographe ou de repartir avec son maillot.

Un parcours parsemé d’embûches

Son parcours n’a pourtant pas été facile. Il signe son premier contrat professionnel avec l’Ac Milan en 2007, mais il passe la majorité du temps au banc. Son père qui est son manager, negocie alors des prêts successifs avec Dijon et Lille. L’objectif, acquérir de l’expérience. À 18 ans, Lille le lance dans le Grand bain des pelouses de ligue 1. Mais les prêts s’enchaînent, Monaco et puis Saint-Étienne.

Quand il débarque en 2011 à Saint Etienne, il convainc les dirigeants par sa rapidité et sa capacité à déborder . Un an plus tard, Pierre Emerick AUBAMEYANG n’est pas loin de terminer meilleur buteur de ligue 1.

L’Europe à genoux

 Le PEA devient alors une terreur pour les adversaires de Saint Etienne. La France l’adule, il devient le chouchou des stéphanois. Et deux ans plus tard, en 2013, le Borussia Dortmund lui offre l’opportunité de briller sur les pelouses allemandes et d’Europe.

Avec le club allemand,il gagne des trophées, terrace le grand Bayern et parvient à sortir meilleur buteur du championnat d’Allemagne. Le sacre. Il acquiert alors une nouvelle dimension avec l’obtention du prix du meilleur joueur africain de l’année 2016. Une véritable consécration qui le placera dans le panthéon des meilleurs buteurs africains de tous les temps évoluant en Europe et en équipe nationale. D’où son transfert à Arsenal en 2018, où il parvient à être l’un des transferts le plus cher du club (63 millions d’euros) et dans la foulée à terminer meilleur buteur de premier League avec 22 buts. Il devient capitaine des gunners en 2019.

De l’espoir au désamour en équipe nationale: le façonnage du meilleur joueur africain de l’année (2016)

L’hégémonie de PEA à l’international va contraster énormément avec l’accueil mitigé que lui réservent les supporters de l’équipe nationale. L’histoire du Black panther gabonais (PEA) en équipe nationale débute le 28 mars 2009 quant il marque lors de son premier match contre le Maroc et donne la victoire aux panthères. Dès lors, il porte les espoirs de toute une nation sur son dos tel un sacerdoce d’être le fils également d’une ancienne gloire de l’équipe nationale, à l’époque, Azingo Nationale.

Mais le 06 février 2012, face au Mali, en quart de finale de la Can, pierre Emerick AUBAMEYANG se met la nation gabonaise à dos en ratant son tir au but. Lui qui pourtant aura porté l’équipe avec 3 buts inscrits. Il devient alors l’ennemi public numéro 1. Après 2016, il commence à bouder les convocations en sélection après une élimination prématurée d’une Can organisée à la maison. Nombreux en veulent au capitaine devenu, de snober certains matchs de l’équipe nationale.

Un exemple pour la nouvelle génération

Mais grâce aux conseils de son papa, qui n’est jamais loin de lui, Pierre Emerick AUBAMEYANG porte le Gabon dans le cœur et c’est désormais avec beaucoup de patriotisme qu’il ne ménage aucun effort pour hisser le Gabon à un top niveau en encadrant par exemple les jeunes qui intègrent actuellement la sélection nationale. Lui le trentenaire, sera certainement dans les prochaines années appelé à ranger ses crampons, vivement que les supporters gabonais l’honore à sa juste valeur. Même si, “nul n’est prophète chez soi”.

Articles similaires