Oyem: un paradis aux voiries en disgrâce!

 Oyem: un paradis aux voiries en disgrâce!
En jargon devenu célèbre, les Librevillois ont tendance à dire “Oyem ane paradis “, c’est-à-dire Oyem c’est le paradis. Cette déclaration ferait suite au fait que la capitale de la neuvième province du Gabon (Woleu-Ntem), est une localité où il fait bon vivre, un véritable carrefour frontalier pour ceux qui proviennent de la Guinée Équatoriale, du Cameroun. Mais aussi parceque le coût de la vie est moins cher par rapport à de nombreuses autres localités et les filles “jaunes Banana” sont en abondance.

Sauf que, cette image d’être un paradis, ne cadre pas forcément avec la réalité sur le terrain. Notamment au niveau des infrastructures routières, la voirie. Axe peloton, axe tougou-tougou, axe gendarmerie nationale, axe de la maison du parti, toutes ces voies sont dans un état piteux depuis de nombreuses années.

<<Si pour certains là-bas à Libreville, ils veulent faire croire que Oyem c’est le paradis, c’est que certainement on ne voit pas les choses de la même façon. Toutes ces routes citées n’ont plus connu un aménagement à la mesure d’un paradis. Non seulement nos véhicules tombent tout le temps en panne, mais la dégradation avancée fait aussi que les taxis refusent d’emprunter ces voies>>, a indiqué Mick, un riverain.

Le paradis étant un lieu sans imperfections comme décrit par les Saintes écritures, il faudra donc à Oyem de se refaire une beauté afin d’atteindre la perfection paradisiaque.

Articles similaires