“Mario Lemina n’a aucune honte vu l’argent qu’il a pris pour rejoindre la sélection gabonaise”

 “Mario Lemina n’a aucune honte vu l’argent qu’il a pris pour rejoindre la sélection gabonaise”
Faisant suite au tweet de Mansour Loum du 11 novembre dernier, annonçant la décision de Didier Ibrahim NDONG de ne pas participer aux Matchs du Gabon face à la Libye et plus tard face à l’Égypte, et présentant également la réponse ironique de Mario LEMINA à l’endroit de Didier Ibrahim NDONG, le très célèbre Romain Molina, s’est-il aussi fondu d’un tweet qui semble être passé inaperçu mais qui en réalité pointe du doigt un véritable problème au sein de l’équipe nationale Gabonaise.

Des binationaux payés pour venir jouer en équipe nationale?

Romain Molina a écrit aussitôt, ” Mario Lemina n’a aucune honte vu l’argent qu’il a pris pour rejoindre la sélection gabonaise. Et ce n’est pas le seul d’ailleurs”. Une accusation infondée ou justifiée ? Pour jouer en équipe nationale et honorer un pays qu’on dit aimer, a-t-on besoin d’être payé à coût de plusieurs millions pour en porter les couleurs de l’équipe nationale de football ? Est-ce cela le patriotisme ?
Il semble que cette pratique soit très répandue au niveau des équipes nationales de football en Afrique. Pour le cas du Gabon, Molina croit savoir que Mario LEMINA ne serait pas un cas isolé à ce sujet.

Qui est Romain Molina ?

Romain Molina est un journaliste d’investigation français résidant en Espagne, qui publie des enquêtes pour The New York Times, The Guardian, CNN, BBC, Le Temps, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le sport tels que Galère football club, Génération Parker, Unai Emery, El maestro,Cavani El Matador, La Mano Negra ou The Beautiful Game.

Autant dire que le journaliste est une référence mondiale en matière de scandales ou de secrets sur plusieurs sports. Notamment le football et le basketball. C’est grâce à lui que l’on apprendra les faits d’harcèlements sexuels et autres, au sein des fédérations haïtienne, française et autres en 2020. Quand l’homme parle, c’est qu’il sait de quoi il en est question et détient des preuves.

C’est donc dire combien le sujet qu’il évoque n’est pas que vécu au Gabon. Certains pays d’Afrique subsaharienne pratiquent cette méthode financière pour attirer les footballeurs binationaux à faire le choix du pays de leur origine. Pour quelle forme de patriotisme ?

Articles similaires