Magistrats et greffiers corrompus: faut-il s’en étonner?

 Magistrats et greffiers corrompus: faut-il s’en étonner?

Du temps de son passage en tant que Ministre de la Justice, Me Francis N’kea, avait déjà dénoncé la corruption au sein de notre appareil judiciaire. Les hommes en tauges, magistrats, greffiers, autant d’hommes et de femmes soupçonnés d’entretenir de vastes réseaux de corruption. Et sans y prendre garde visiblement, certains ont continué la basse besogne.

Des soupçons confirmés

Or, une enquête de plusieurs mois a permis le 02 août dernier, aux agents de la DGDI, d’appréhender un vaste réseau d’escroquerie dont Ndembi Tchetchenigbo serait la principale tour autour de laquelle plusieurs magistrats et greffiers du parquet de Libreville graviteraient. En complicité donc avec ses comparses,la dame se faisait passer auprès des familles dont un parent a des démêlés avec la justice pour « une conseillère spéciale du président de la République en poste auprès du coordonnateur général des affaires présidentielles ».

Des preuves accablantes

Aussi, la réseau serait parvenu à escroquer d’importantes sommes d’argent à plusieurs personnes. Des documents,  un agenda de l’ensemble des transactions (heures, dates, lieux, noms et fonctions de certains magistrats et greffiers du parquet de libreville y sont mentionnés, ainsi que les  sommes d’argent remis à ces derniers.

La corruption comme moyen de joindre les deux bouts

En octobre 2019, le SYNAMAG faisait entendre par la voix de Nguéma Ella, les raisons de la corruption des hommes en tauges,« Les magistrats sont obligés de se compromettre parce que l’Etat ne les aide pas à être indépendants (…), le magistrat qui va juger des gens et ne sait pas ce qu’il va manger demain, n’est pas un bon magistrat . Il va se débrouiller et se débrouiller c’est rentrer dans la corruption », avait-il déclarait au cours d’un entretien accordé à nos confrères de l’Union.

Articles similaires