Libreville : d’inondations à piscines Olympiques sur les voies, le gouvernement veut-il enseigner la natation aux populations ?

 Libreville : d’inondations à piscines Olympiques sur les voies, le gouvernement veut-il enseigner la natation aux populations ?
Commune d’Akanda, quatrième cité, Bikélé-fin goudron, Boulevard triomphal à la sortie de Mbolo, Lycée public de Sibang à l’entrée du Lycée, ancienne Gare routière en face de l’école publique, la liste d’autant de zones qui connaissent des inondations à chaque averse de pluies à Libreville est longue à n’en point finir.

Pour le cas de Bikélé, le quartier Fin goudron s’était retrouvé totalement coupé du reste de Libreville voire de Ntoum. Les riverains tout comme les automobilistes, se sont retrouvés récemment les corps et les véhicules totalement sous les eaux de pluies. Impossible de traverser de peur de se noyer ou de perdre le moteur de son véhicule.

Au Lycée public de Sibang, l’entrée s’est aussi récemment retrouvée sous les eaux. Pour les élèves, il fallait traverser à l’aide d’une brouette afin de regagner soit le lycée soit l’autre côté de la route. Une véritable gymnastique artistique. Pourtant, il y a plusieurs mois cette voie avait été aménagée. C’est dire donc combien de fois les travaux d’infrastructures d’aujourd’hui sont mal réalisées, à l’instar du monument de la paix du Rond Point de la Démocratie qui ne cesse d’être rénové.

Des piscines Olympiques à ciel ouvert, le gouvernement veut-il enseigner aux gabonais la pratique de la natation ? Sinon, comment comprendre ce laxisme qui n’en finit pas en matière de construction d’infrastructures capables de servir pour une longue durée ?

Articles similaires