“Les primes d’abord, la patrie après”: quand les ”vrais” patriotes désavouent ”le patriote en Chef”

 “Les primes d’abord, la patrie après”: quand les ”vrais” patriotes désavouent ”le patriote en Chef”
”Une forte pensée pour le très volontaire Ministre gabonais des sports, et son service Com, qui découvrent ”enfin” le vrai sens, pour les footballeurs, du terme ” Patriotisme”. Ces propos sont tirés du post de Freddhy Koula sur son compte Facebook à la suite de l’épisode des joueurs des panthères du Gabon, qui ont refusé catégoriquement d’embarquer pour le Cameroun tant que la situation des primes n’était pas réglée.

Ce qu’il faut retenir :

Pour le Président du Club Atletico AKanda et journaliste Sportif, ”ce qui a coincé dans cette affaire de primes, c’est principalement le montant de la prime de regroupement. Les joueurs réclament (selon une source interne) environ 15 millions de FCFA chacun, avant le début de la compétition. Les primes de matchs,  c’est autres chose (environ 10 millions par match gagné).

Aussi, l’argent prend énormément de temps pour sortir du trésor. Le budget de la préparation et celui de la CAN n’ont pas été intégralement décaissé. Grosso modo, c’est lourd pour l’État et ses finances, d’où le retard de validation par le sommet, et de décaissement”, ajoute-t-il.

Une tension palpable au sein des panthères, un sélectionneur en déroute

Déjà, les ”vrais patriotes” auraient boudé de jouer le match perdu face au Burkina Faso. Et pour démontrer le laxisme qui prévaut au sein de cette sélection, plusieurs joueurs se sont retrouvés dans un restaurant chic de Dubaï pour  ”faire la fête” au détriment du respect de la bulle sanitaire imposée. Les joueurs marocains en ont d’ailleurs rigolé du manque de sérieux affiché par une équipe nationale qui s’apprête à jouer une compétition telle que la Coupe d’Afrique des Nations. Enfin, le manque de confiance du sélectionneur envers certains joueurs et le problème de primes sont le clou du spectacle.

Il Y’a donc lieu de s’interroger sur la communication du ministre des sports qui récemment indiquait qu’il y’avait de la sérénité au sein des panthères. Laquelle ? Pour Freddhy Koula paraphrasant l’ANFPG, ”il est temps d’établir (enfin) la CHARTE en sélection nationale, comme réclamé par l’ANFPG (une charte déjà rédigée, et posée sur la table des autorités)”.

OPHS

Articles similaires