Le Stade Engong d’Oyem retrouve son habitat naturel la forêt

 Le Stade Engong d’Oyem retrouve son habitat naturel la forêt
La gestion des infrastructures sportives au Gabon ,après la dernière coupe d’Afrique des Nations qu’a abrité le pays (2017), est devenue un véritable casse-tête chinois, une grosse épine dans la botte des ministres des sports. L’ancienne Agence nationale de gestion et d’exploitation des structures sportives et culturelles (Anageisc) qui a cessé ses activités en 2018, n’a pas été remplacée par une autre capable d’améliorer cette gestion. Un peu comme le sort réservé au perroquet vert Air Gabon.

”Les travaux d’entretien des stades d’Angondjé et d’Engong à Oyem sont en cours. Notons que ceux du stade d’Angondjé nécessiteront un peu plus de temps. Par contre, le salon VIP 2 du stade d’Engong à Oyem, qui vient de subir une attaque terroriste sera rapidement remis en état», avait déclaré Franck Nguema en mai 2020. Qu’en est-il aujourd’hui de ces deux stades sinon des stades omnisports, d’Angondjé, de Port-gentil et d’Oyem ?

Il en est de même pour les stades d’entraînement de Nzeng Ayong, Soduco et autres qui n’ont plus servi depuis plus de deux ans maintenant. Or, pour éviter la dégradation rapide des installations, elles ont besoin d’être utilisées. Ce qui n’est plus le cas. Tandis que l’on paie à coups de millions la préparation des panthères à Dubaï, voici des infrastructures qui auraient pu servir à l’équipe nationale d’être en regroupement dans son pays.

OPHS

Articles similaires