Le Septennat dédié à la jeunesse gabonaise: quel bilan pour le Chef de l’Etat ?

 Le Septennat dédié à la jeunesse gabonaise: quel bilan pour le Chef de l’Etat ?
Le septennat de la jeunesse gabonaise, c’est sous ce slogan que le Chef de l’Etat Gabonais avait placé durant sa campagne présidentielle de 2016, le nouveau mandat qu’il sollicitait et a pu obtenir au sortir d’une élection controversée et contestée “jusqu’au bout”. D’ailleurs, c’est justement dans cette euphorie qu’il annonça donner sa “part d’héritage à la jeunesse gabonaise”.

Une décision,un espoir pour la formation de la jeunesse gabonaise

“J’ai décidé avec le plein accord de mon épouse Sylvia Bongo Ondimba et de mes enfants que ma part d’héritage sera partagée avec toute la jeunesse gabonaise. J’annonce également, au nom des enfants d’Omar Bongo Odimba, que nous avons décidé de céder à l’Etat, à titre gracieux, la propriété située près du camp de Gaulle, sur la voie express, dans le Ier arrondissement de Libreville. Elle sera destinée à créer une université au profit de la jeunesse gabonaise”, discours du 16 août 2015. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quel bilan dressé du Septennat dédié à la jeunesse par le Chef de l’Etat gabonais ?

L’emploi des jeunes pour lutter contre le chômage galopant

Pour rappel, selon le programme du Chef de l’État gabonais, depuis 2017, chaque année, ce sont 10 000 emplois qui auraient dû être créés, majoritairement au profit des jeunes. La mise en place d’un jeune= 1 métier rentrait dans ce cadre tout comme la création d’un incubateur des projets de jeunes. Les concours au profit de la jeunesse n’ont fait que primer les plus déterminés, encourager les passionnés et laisser sur le côté ceux qui n’ont pas de moyens pour monter des projets.

Lors du discours du 16 août 2020, le Président gabonais promettait la création de 30 mille emplois (2020-2023). Lors du discours du 31 décembre 2020, ce sont 50 mille emplois qui ont été promis sur 5 ans (2020-2025). Quel bilan dresser de toutes ces promesses ?

Encore pour un nouveau septennat dédié à la jeunesse gabonaise?

Certes, le Chef de l’Etat gabonais Ali BONGO ONDIMBA, a tendu la main aux jeunes en nommant certains au sein du gouvernement, à la Présidence, au sein de plusieurs entreprises étatiques et de l’appareil administratif du pays. Mais ces derniers ne pourraient être considérés comme la majorité. D’ailleurs, certains se sont illustrés par des attitudes peu honorifiques. Dans tous les cas, quelle formation et éducation prôner quand les universités et écoles tombent en ruines ?

Articles similaires