La compétence des parlementaires Gabonais remise en cause ?

 La compétence des parlementaires Gabonais remise en cause ?
À la suite de l’annulation du premier arrêté fixant les nouvelles mesures gouvernementales en matière sanitaire pour lutter contre la COVID-19, dont le manque de consultation des parlementaires avait été constaté et permis à la Cour de justifier sa décision dans la forme, le gouvernement gabonais avait aussitôt réagi dans l’arrêté 685/PM en indiquant que les parlementaires avaient cette fois ci été consultés et informés des nouvelles mesures sanitaires. Mais alors, comment les parlementaires ont-ils pu accepter qu’un arrêté puisse annuler ou modifier un décret présidentiel ?

De la validation de la violation de la constitution ?

” Non aux députés et sénateurs qui valident la violation de la constitution au lieu de la défendre.Chaque Homme Citoyen doit s’apprêter à lancer un message fort au Député et Sénateur de sa circonscription, ces PERFIDES TROMPEURS,CES CORROMPUS MORAUX qui ne trouvent en la fonction de parlementaire que le privilège de porter une écharpe, jouir d’une immunité parlementaire dont ils n’en connaissent même pas la valeur et jouir des privilèges financiers qu’offrent cette noble fonction qu’ils souillent chaque jour.
Nous devons restaurer le privilège de cette fonction dont la mission principale est basée sur le débat et non l’acquiescement”, a indiqué Geoffrey Foumboula Libeka, porte-parole du COPIL Citoyen.

Les parlementaires jouissent-ils d’une compétence des notions juridiques ?

C’est le lieu ici de s’interroger sur la réelle compétence des parlementaires Gabonais. Comment des personnes qui sont au fait de la Loi Gabonaise, qui bâtissent cette Loi, ont-ils pu garder silence face à cette prouesse gouvernementale qui a voulu imposer un arrêté à la place d’un décret ? La loi sur l’urgence sanitaire arrive à son terme bientôt, les parlementaires Gabonais vont-ils de nouveau dire oui à sa reconduction tacite? Pour Geoffrey Foumboula Libeka,” Le gouvernement doit cesser de calquer la gestion de la riposte sur la France,les réalités n’étant pas les mêmes”.

OPHS

Articles similaires