Gabon : une République de détournements de deniers publics ?

 Gabon : une République de détournements de deniers publics ?
Depuis maintenant plusieurs années, chaque jour les gabonais se réveillent avec de nouveaux dossiers de détournements de derniers publics sous les yeux. Une situation alarmante qui devrait interpeller le plus haut sommet de l’État d’autant plus qu’à ces mêmes gabonais on demande de serrer la ceinture, de payer des tests PCR, de s’adapter aux évolutions des prix de denrées alimentaires sur le marché. Mais pendant ce temps, la République de détournements opère silencieusement.

La Surfacturation, une méthode qui marche

Le projet d’installation des lampadaires solaires dans plusieurs quartiers de Libreville ainsi qu’à l’intérieur du pays a coûté 5 milliards de FCFA à l’État gabonais, à raison de 1 million de FCFA l’unité, pour 5000 lampadaires commandés. Lancé il y a trois ans par l’ANGTI, le projet d’installation aurait permis à de nombreux cadres de l’administration publique d’abuser du laxisme des autorités en procédant à des surfacturations (250 à 300 mille le lampadaire en temps normal sur le marché).

Sur un tout autre plan, d’autres allégations portent sur les travaux de réalisations du trançon Pk5-Pk12 dont l’état gabonais aurait été complètement floué par l’entreprise Colas en acceptant de passer un deal portant sur la facturation de 10 milliards pour 1 kilomètre de route bitumée; une facture salée, une pilule dont auraient du mal à avaler la Présidence de la République. Comment en sommes-nous arriver là ?

Du côté du ministère de la Santé, la situation est peu reluisante. Facturées environ 3 milliards de FCFA l’unité au lieu des 800 millions (leur valeur réelle sur le marché), 16 des 20 cliniques mobiles commandées par l’État gabonais n’ont pas été réceptionnées jusqu’à présent par le ministère de la Santé qui se serait bien gardé de ne pas communiquer sur le sujet depuis plus de trois ans.

Sur 20 camions cliniques mobiles commandés, seulement 4 de ces camions à conteneurs médicalisés de type 4X4 et disposant d’équipements nécessaires pour réaliser des soins d’urgence et de base ont été réceptionnés par le ministère de la Santé depuis septembre 2018. Où on est-on avec les autres camions?

Faudrait il également rappelé les détournements d’argent à la GOC? Celui de l’axe Akiéni-Onga? Celui de la passerelle de l’échangeur de Nzeng Ayong ? À la Sogara ? À la Sogatra ? À ce rythme, l’accélération de la transformation du développement va-t-elle aboutir ?

Articles similaires