Franc-maçonnerie en Afrique : Calixthe Beyala s’insurge et dénonce les dérives

 Franc-maçonnerie en Afrique : Calixthe Beyala s’insurge et dénonce les dérives

L’écrivaine Camerounaise aux nombreuses parutions, Calixthe Beyala, s’est récemment lancée dans une comparaison de la pratique maçonnique en Afrique et en Occident. Elle a indiqué toute sa frustration par rapport à la vision qu’ont certains africains de la franc-maçonnerie et la façon dont ils la pratique. « Les francs-maçons africains ne bâtissent pas, ils détruisent », souligne d’emblée Calixthe Beyala.

Le signe qu’en Afrique, plutôt que de bâtir ou construire les villes et autres pour le développement social des populations, les francs-maçons sont à l’origine de la destruction des pays.

L’écrivaine dénonce la perception que certains africains ont de cette loge qui dans le fond n’aide pas le continent berceau de l’humanité. « L’Afrique et ses loges maçonniques à la noix. Les maçons en Occident bâtissent leurs pays, construisent des cathédrales, veillent au bon fonctionnement de la société, en améliorent les règles, proposent des lois avant-gardistes pour le bien de tous », a confié l’écrivaine auteure de <<L’homme qui m’offrait le ciel>>.

« En Afrique, les maçons ne bâtissent rien : ils détruisent. Ils  détruisent les sociétés originelles sans proposer d’alternative ; ils construisent des écoles poubelles et des entreprises qui maltraitent leurs employés. Ils obligent des jeunes à poser des actes honteux pour leur donner le moindre job… En Afrique, les maçons confisquent les pays. Le pouvoir économique, politique et le tout à l’avenant sans se soucier du bien-être des populations.

 En réalité, la maçonnerie africaine est constituée de crapules dont le seul but est de s’enrichir, de dominer les populations, de les affamer, de les réduire en esclavage, presque. En Afrique, les maçons font des rites, des rites de sorcellerie qui n’ont rien à voir avec ce qui se pratique en Europe. Les maçons en Afrique sont dans une secte qui n’a de la franc-maçonnerie que le noble nom », a-t-elle conclu.

Articles similaires