Dépénalisation de l’homosexualité au Gabon : une posture ambiguë?

 Dépénalisation de l’homosexualité au Gabon : une posture ambiguë?
Pas contre ni pour, c’est finalement cette posture que le Gabon a décidé d’adopter face à l’épineuse problématique de l’homosexualité qui a fait couler beaucoup d’encre. Certains cadres du parti de masse en même temps élus nationaux, ont d’ailleurs été rappelés à l’ordre pour avoir tenu un discours autre que celui dicté par les instances du parti.

Finalement, le Gabon a opté pour la dépénalisation de l’homosexualité par le biais des élus des deux chambres du parlement. Mais ayant pris le soin d’expliquer aux populations cette posture, les élus ont indiqué qu’il ne s’agissait pas non plus d’officialiser la pratique en public de l’homosexualité. Dans ce cas, de quoi s’agit-il alors?

Cette question est d’autant plus légitime à poser, que des mois plus tard, les populations s’interrogent toujours sur la vraie position du Gabon à ce sujet. Les homosexuel(le)s ne seraient pas autorisé (e)s à se marier par exemple ni à s’afficher sur la place publique, mais dans le même temps ne sont plus condamnables. En fait la position du Gabon n’a fait que revenir à celle qu’elle était déjà avant que l’homosexualité ne soit pénalisée. <<Faites vos choses, mais en privé. Vous pouvez affirmer votre homosexualité en public mais sans la pratiquer également en public >>.

Mais bien que “chiffon”, l’empressement avec lequel il a été demandé aux élus nationaux de légiférer sur cette question d’homosexualité a donné lieu à toutes les interprétations possibles. Notamment parcequ’il n’est toujours pas permis aux homosexuel (le)s de se marier, de s’afficher en public. Où se situe donc la fameuse avancée significative ?

Articles similaires