BLA a-t-il fait usage de pressions morales et de viols à bande organisée pour parvenir à ses fins?

 BLA a-t-il fait usage de pressions morales et de viols à bande organisée pour parvenir à ses fins?
Voici donc des nouvelles allégations concernant ”l’affaire Brice Laccruche Alihanga” actuellement incarcéré à la prison centrale de Libreville, qui risquent de faire des choux gras des médias et faire couler beaucoup de salive au sein de la population. En effet, selon nos confrères de Bulangu, dans leur parution récente, l’ancien Directeur de Cabinet du Président de la République Gabonaise pourrait voir de nouvelles accusations s’agripper à celles qui constituent déjà son dossier, ”usage de faux documents, détournement de fonds, concussion”.

Selon nos confrères, l’ancien messager du Chef de l’État aurait fait usage de tous les moyens pour parvenir à ses fins, plus qu’en politique tous les moyens sont bons pour régner en instaurant un climat de terreur sous toutes les formes afin d’imposer sa volonté dans l’ensemble des arcanes du pouvoir. C’est ainsi qu’on apprend par exemple que certaines hautes personnalités auraient subi des ”pressions morales” de la part des ”Bla-boys” et pour d’autres des ”viols” à bande organisée.

”J’avais juste demandé à comprendre l’objet du décaissement de plusieurs milliards de Francs CFA ordonné par le DCPR. Quand il l’a appris, le soir, il a envoyé une équipe chez moi. Ses hommes de mains m’ont tabassé. Trois d’entre eux ont violé ma femme devant moi. Ils m’ont promis qu’ils reviendraient pour ma fille si je ne fermais pas ma grosse bouche’’, aurait indiqué un haut cadre de l’administration gabonaise ayant requis l’anonymat. Le média cite notamment l’ancien ministre de la Défense Etienne Massard, comme étant l’une des victimes de BLA pour avoir refusé de se soumettre au désidérata de ce dernier au plus fort des ennuis de santé du Chef de l’État en 2018.

L’on se rappelle également d’une déclaration faite dans un direct par une ancienne cadre des transports qui indiquait avoir été un ”objet sexuel” des ”Bla-boys” dans l’espoir d’une éternelle nomination utopique au gouvernement. Dans ce sens, des victimes envisageraient aller déposer plainte contre les anciens membres influents de l’AJEV identifiés comme ayant participé activement à imposer ce climat de terreur.

OPHS

Articles similaires