Aéroport de Libreville : le coronabusiness autour de la quarantaine obligatoire

 Aéroport de Libreville : le coronabusiness autour de la quarantaine obligatoire

Depuis un mois, il est exigé à l’aéroport international de Libreville, aux voyageurs provenant de l’extérieur, de passage pour quelques temps ou de retour au Gabon, d’observer une quarantaine de 24heures au moins au sein des différentes structures hôtelières répertoriées par l’AGATOUR pour la circonstance et à des prix allant de 30 à plus de 200 mille francs le jour. L’autre exigence est la présentation d’un Test PCR négatif datant d’au plus 5 jours ou d’un Carnet de vaccination Covid-19.

Mais plusieurs voyageurs seraient de plus  en plus désabusés par cette situation. <<Déjà il y’a une différence entre les prix que l’Agatour nous donne et au moment de réserver la chambre en ligne. Si sur le papier les montants sont clairement établis. En ligne, il n’en ai rien. Au moment de payer d’autres montant s’affichent>>, peste un étudiant gabonais venu passer les vacances. Une situation qui pousserait certains voyageurs à prendre d’autres initiatives.Notamment passer outre les structures hôtelières choisies par L’AGATOUR et se rendre eux-mêmes dans les structures de leur choix ou en allant directement à leurs domiciles. <<Avec un billet de 10 mille le tour est joué. Ce sont eux-mêmes qui vous proposent même. Et c’est comme ça chaque jour. Imaginez combien ils se tapent en fin de journée ?>>, ajoute l’étudiant en question.

Pis, certaines structures hôtelières indiquées par l’AGATOUR aux voyageurs ne seraient en réalité que des domiciles transformés, souvent privés d’eau et mal entretenus. Depuis son apparition sur le territoire national, la pandémie de la Covid-19 a assurément permis à de nombreuses personnalités de prendre leur part du gâteau en profitant notamment du coronabusiness à tous les niveaux.

Articles similaires